Championnat de France 25M à Montpellier

Voilà une compétition nationale qui en fait rêver plus d’un. En effet, les critères d’accessibilité à ce niveau de compétition ont toujours été très exigeants mais, avec le durcissement des temps minimas des dernières années, conjugué à l’exigence d’obtenir une bonne place dans le ranking, la chance de décrocher un ticket d’entrée est devenue bien mince.

Ainsi, nous avons bien vu à Montpellier que les « heureux élus » ne boudaient pas leur plaisir et ils sont arrivés, pour la plus grande partie, très bien préparés.

En effet, on notait, dès les toutes premières séries, des chronos incroyables. De plus, on observait chez une grande majorité de nageurs, de nettes améliorations des temps d’engagements et surtout, on a vu quelques « phénomènes », les nageurs très jeunes (14-15 ans) qui réussissaient à se hisser dans les finales A !!! Des espèces d’extraterrestres, mais ils n’avaient que 2 bras et 2 jambes…

 

Qui dit haut niveau, dit aussi la présence des stars de la natation française. Alors, oui, on a pu admirer les coulées incroyables, dont seul Jérémy Stravius a le secret, on a remarqué une nage bien assurée du jeune Jordan Pothain, sans oublier la belle glisse et la domination de Charlotte Bonnet.

On a croisé dans les gradins Alain Bernard ou Mehdi Metella et on a même vu Philippe Lucas qui lorsqu’il longeait le bassin, le visage impassible, aimentait tous les regards, et ceci même alors qu’il a enlevé toutes ses chaînes en or.

Mais ceux qui attiraient le plus nos regards c’étaient bien sûr Pablo et Yann, nos nageurs briochins qui sont venus s’exprimer dans ce bassin montpelliérain, chacun dans son registre propre : Pablo sur le demi fond et Yann sur le sprint.

Pour Pablo, il est venu en nageur avisé. En effet, il a déjà participé l’année dernière au Championnat N1 à Schilitigheim. De plus, depuis cet été, il a déjà été confronté à un haut niveau, notamment lors de championnat d’Europe en eau libre. A Montpellier, Pablo était aligné sur 400, 800, 1500 NL, ainsi que sur 400 4N

Quant à Yann, il s’agissait pour lui d’une grande première.  Première compétition N1 où il a pu nager 50, 100 et 200NL.

Pour nos 2 nageurs, la magie de ce Championnat a bien opéré. Ci-dessous leurs nages avec leurs temps d’engagement et leurs temps faits à Montpellier :

 

PABLO LE CORRE

NAGE                   Temps d’engagement                   Temps à Montpellier

400 NL                 4’04’25                                                 3’55’72          Record de Bretagne 17 ans

800NL                   8’24’92                                                 8’12’34         Record de Bretagne 17 ans

4004N                   4’41’74                                                 4’30’29

1500NL                 16’11’83                                              15’55’24

YANN LE GALL

NAGE                   Temps d’engagement                   Temps à Montpellier

50NL                     24’09                                                    23’73        Record 22 Toutes Catégories

100NL                   00’52’66                                              00’52’04

200NL                   1’56’19                                                 1’53’80     Record 22 17 ans

 

A ceci, il faut ajouter que Pablo a participé à 2 finales C : Une finale sur 400NL (qu’il finit 7ème) et une autre sur 400 4n (qu’il finit 5ème). Très belles performances de Pablo donc et comme un pressentiment que cela ne peut que s’améliorer.

Quant à Yann, pour lui aussi c’était aussi un très bon championnat. Il a acquis une belle expérience et une certitude qu’il voudra recommencer.

Et pour cela, il faudra être en forme déjà dans 2 semaines, lors le Championnat N2 à Chartres. C’est en partie à Chartes que vont se jouer les tickets d’entrée pour les Championnat Elite N1 ETE.

 

Mais avant de vous quitter, je vais tout de même partager avec vous mon expérience d’une compétition à un haut niveau, vécu dans les gradins.

Car, lorsque le niveau de compétition monte, les exigences vis-à-vis du  spectateur augmentent également.

Aussi, il vaut mieux être "premier arrivé" pour trouver une place assise ou alors jouer des coudes. En effet, il y avait un pan entier des gradins qui était réservés aux journalistes, commentateurs ou les VIP. Les VIP qui d’ailleurs manquaient souvent à l’appel ce qui créait une asymétrie : d’un côté les gradins bondés des parents, spectateurs assidus qui ont payé leur ticket d’entrée et de l’autre côté les gradins clairsemés, orphelins des VIP, visiblement, pris ailleurs.

Ensuite, le spectateur a intérêt à être super au courant de qui est qui (je parle des nageurs) et repérer lui-même les nageurs qu’il est venu voir. Le présentateur annonçait seulement les numéros des séries, et souvent le  panneau d’affichage était en décalage avec les départs. Donc, on ne voyait les noms des nageurs d’une série qu’après leurs départ, avant, le panneau indiquait encore la série précédente.

Je vous rassure, lors des finales A on présentait quand même les nageurs, mais c’était fait avec tellement de"réserve", que même l’annonce de Jérémy Stravius, formulée à peu près comme cela : « détenteur de 20 titres nationaux, médaillé olympique, multiple champion d’Europe et du Monde…etc » était dite comme si on parlait d’un « champion junior du département de Corrèze, meilleure performance de Tulle sur 100M nl...

Sans parler du fait que présenter les finalistes B et C étaient jugés inutiles…

Enfin voilà, en natation, même pour une compétition du rang national, pour la partie spectacle, il y a une grande marge de progression.

 


Commentaires

Radenac Amaury le mardi 05 décembre à 22:09

Bravo aux champions Yann et Pablo qui représentent dignement le club, et merci à notre journaliste hémérite Katarina. Félicitation aux entraineurs qui les préparent toute la saison !

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.